High heels et bas-couture

collantcouture        Les jambes maintenues, enrôlées pour leur mission, soulignées par la ligne d’une couture appliquée. Les êtres de Mon genre peuvent vite se sentir “grisés d’être solaires” lorsque la grisaille des toits est reflétée dans un ciel d’eau, comme une mer hostile. Au bord de tes lèvres mal-propres que je noircis de ma lame chagrine, le singulier va-et-vient de mon agir absolu développe ton être misérable: voici le génie du travail. Un rythme auquel il faut se tenir, afin d’avancer, se surpasser. L’éloge du brillant, la guerre à la médiocrité. La liberté languissante me blâme pour que Je me rassemble, et c’est dans la puissance de l’obscurité que Je me retrouve, vive, alerte. Car la nuit, il n’y a d’ombres menaçantes que dans les ruelles mal éclairées: les bêtes qui ne se fient pas à la chandelle, elles, ne courent pas, ni ne longent les murs. Elles les survolent, les dominent, les dessinent. Je décide de la géométrie de ta perte, Je déplace les angles du labyrinthe à Ma guise, ou totalement au hasard… totalement ruinées, les figurent creusent leurs sillons sans se plaindre. Précisément là où la rumeur remord avec palpitations.

*****

basbas6bas4bas5bas3

******

belleduseigneur

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s