Maîtresse, soubrette et colibri en catimini

L’hiver, Le Marché se fait Marbre

Dernièrement, J’ai pu témoigner de deux bananes  enfilées nues l’une après l’autre dans l’entre-cuisse d’un jeune homme peu bavard. Quelle surprise d’assister à cela! La peau s’étant retirée, la substance jaune, fragile et peu confiante, brava les parois serrées pour enfin s’y cacher. Le bon côté des choses, c’est qu’il reste toujours de quoi manger à la fin de cet exercice- la matière étant de nouveau mise à l’air après une simple quinte de toux.

Divaguant à imaginer la nourriture à présenter sur des plats, je me suis mise à penser de nouvelles formes d’art. Après la consistance naturelle et bio-dégradable du premier cas, la solidité et l’imperméabilité est nécessaire pour équilibrer les pratiques.

Des fruits en marbre, peints à la main, qui serviront d’outils à disposition: bananes pour explorer, figues pour maintenir, des cerises pour chatouiller, la poire pour forcer… La matière glissante s’adapte alors à toutes substances, et ne risque pas de surcroît de se briser.

La Maison du Roy, dans le 9e arrondissement, offre toute sorte d’attentions et idées élégantes dans différentes ambiances. Leurs pots en verre où l’on imaginerait facilement des biscuits empilés et maintenus hors-vent, me serviraient volontiers de présentoir pour le Caviar. N’est-ce pas?

fragonardFragonard, 1770,  Metropolitan Museum of Art, New York

Quoique te mettre au fourneau pendant les mois d’hiver, avec beurre et cannelle, pour remplir les pots, sera de rigueur aussi! Oui, tailler la pâte t’entrainera à masser, surveiller le feu, décorer les étoiles et bonhommes comme tout bon Valet, toute Bonne solide… pendant que sur mon fauteuil velouté je passerai les pages des Liaisons Dangereuses de Choderlos De Laclos ou te ferai la leçon.  Le thé servi, tu t’agenouilles devant Ma splendeur et me sers de repose-pieds: tu garderas cette position le temps voulu, mais certainement pas annoncé. Tes yeux seront rivés sur le sol, espérant apercevoir plus que la peau sous Mon satin.

De fil en aiguille, en tissant sur la toile, voici de nouvelles broderies- le “Fragonard de la chaussure”, Roger-Henri Viviers, est dans le collimateur de Mes recherches. Évidemment, ce ne sont pas des vœux de cadeaux, mais des pièces de collection et de musée. Une présentation s’impose donc, pour des rencontres platoniques.  Idéale pour Mes petits pieds, Je ne peux que m’imaginer dans cet escarpin en lainage ou dans l’escarpin recouvert de plumes de faisan doré, ou encore dans cette cuissarde en “dentelle noire montée sur tulle”. Différentes formes mettent en valeur la cheville, ou la pointe, toujours en position. On trouve des talons pied-de-chèvre ou talon virgule, talon can-can, ou talons polichinelle… De quoi remplacer le talon-aiguille pour sortir de la salle de bain!

 

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s