La sévérité dans la Luxure, l’Elégance et le Mépris

Je suis partie chiner de nouveaux instruments de torture.

Ramoner une cheminée nécessite tant de matériel quand on s’y penche! De nombreuses brosses, différentes de tailles et d’épaisseurs, pourraient toujours me servir.  Des tiges de métal associées à du poil de sanglier. Il faut frotter, frotter!

A genoux! Une bonne claque, un coup de brosse sur le derrière! Les grosses et grasses brosses à godasses, pour tes ongles de pied. Il faut récurer tes champignons, vermine! Tu ne seras jamais assez propre pour Moi! Alors à quoi bon t’essuyer dans du linge propre? Tu prendras la serpillère pour ta sortie de douche, une louche pour ta soupe et une gamelle pour le dessert. Je ne veux pas prendre le risque de salir -voir pire, abîmer!- Mes ustensiles à ton contact. Ta soumission, ta misère, le ton souffreteux de ta démarche me donnent la nausée. Tu feras donc tes besoins dans un sac plastique que tu jetteras dans la minute. Les toilettes ne te méritent pas.

Eh oui! Aujourd’hui Je ne te toucherai pas avec Mes mains. Peut être que demain Je changerai d’avis…

En attendant, Je me protège.

Le gants Agnelle  sont d’une précision nécessaire à Mon toucher. Rien à voir avec ces gants qui cachent la finesse de Mon doigté. Ici, il serait mis en valeur. Et Je pourrai, tout confortablement, sortir fièrement Mes outils médicaux, si l’envie me vient de te couper la langue.

Ah! Le professionnalisme! Le savoir faire de l’artisan! Abordables tout en étant uniques, c’est une très bonne idée cadeau, pour un anniversaire ou par pure gourmandise. Il y a la paire à franges, afin que celle-ci suivent le mouvement de Ma gifle, et celle plus discrète pour la ville, mais très bien habillée: “Anais”, “Camille”, “Ines”… de quoi me motiver, après les marchés aux puces, à faire un petit tour au Bon Marché.

************************************

Pour le quotidien et Les rêveries utiles-

Le coussin de chez tamielle en soie, avec illustration de petite chausse, ou encore ses serviettes brodées.  Ou encore les papiers peints de chez Louise Body, avec ses oiseaux, et ses dames se balançant sur des lustres.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s